Théâtre

Claude Semal a la frite
Philip Tirard

Mis en ligne le 17/11/2006
- - - - - - - - - - -

Le chanteur et comédien célèbre à sa manière toute personnelle le 176e anniversaire de la Belgique. Entre irrévérenceet nostalgie.


D.R.

Depuis le temps qu'on le lit, qu'on le regarde et qu'on l'écoute, on a appris que Claude Semal avait mal à sa belgitude. Quand il a fourbi le "Cimetière des Belges" après avoir chanté les "Odes à ma douche", on pouvait penser la cause entendue.

Eh bien non. Après avoir séché ses "Chaussettes célibataires", l'"Enfant de Solo" reparaît en scène tout pimpant, sanglé dans un petit cache-poussière avec écusson tricolore et flanqué d'un acolyte aux surréalistes contours, Eric Drabs, pour célébrer le 176e anniversaire de la Belgique. C'est qu'on a omis de l'inviter au 175e, saperlipopette ! Mêlant chansons et sketches, son "S(e)mall Belgian Cabaretje", sous-titré "Petit cabaret belgeke de Claude Semal", décline dans une tonalité d'humour mâtiné de mélancolie et de nostalgie ce "pays petit" qu'il aime et châtie donc bien. Côté humour, on navigue entre le surréalisme - il se déguise en frite ou en betterave pour nous conter leurs états d'âme - et la charge grinçante - une leçon de "psychologie du coussin" à la gendarmerie de l'aéroport. Côté chansons, on a goûté l'hommage à André Bialek à travers sa "Visite guidée" ou "Le chanteur Brelge" sur une musique de Martine Kivits, laquelle signe aussi la mise en voix et en espace du spectacle.

C'est qu'il n'y a pas d'improvisation dans ce two man show soigneusement composé avec l'aide de Laurence Warin à la mise en jeu. Multi-instrumentiste et comparse idéal, Eric Drabs est aussi acteur à part entière dans ce véhicule qui fleure bon la poésie sous le blues ironique. S'il se donne à fond, Semal a de la sincérité, le sens du rythme exact et la science du jusqu'où aller trop loin.

On rit mais on sent poindre une larme aussi, quand, par exemple, il empoigne un harmonica comme un discret hommage à Toots Thielemans. Devant leur orphéon peint en guise de décor, Drabs et Semal nous font voyager pendant un peu moins d'une heure et demie au coeur de nos contradictions, de nos grandeurs et de nos petitesses. C'est déjà beaucoup.


Bruxelles, Théâtre Le Public (salle des voûtes), jusqu'au 31 décembre. Tél. 0800.944.44, Web www.theatrelepublic.be

© La Libre Belgique 2006

- - - - - - - - - - -

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Envie de réagir ? Ecrivez-nous : Claude SEMAL ou Bruno (bidouilleur du site)
Vous ne voyez pas de colonne à la gauche de cette page ??? Cliquez ici (Retour à l'accueil de ce site)